Isabelle MAIRET - "L'écrin de Maïa"
Énergéticienne ET Maïeuticienne à Corquilleroy,
proche de Montargis

Maïeutique

Maïeutique

L’écrin de Maïa, c’est le lieu dans lequel je me laisse être lorsque je vous reçois.

Ce lieu évolue au fil de mon chemin. Il se définit en fonction de celle que je suis et je deviens. Il a le sens et la symbolique de ce qu’un écrin peut contenir. La part de soi, telle qu’elle se présente dans l’instant présent. La douceur, la bienveillance, la sécurité que ce mot peut contenir à mes yeux. L’écrin renferme ce que l’on a de plus précieux. Il est à la fois le lieu où l’on dépose ce qui nous est intime, et la vérité de ce qui a besoin de briller en nous.

Votre écrin renferme votre précieuse Êtreté et je l’accueille dans la douceur de mon lieu.

L’écrin de Maïa, parce que Maïa est la racine (grecque) du mot maïeutique et qu’elle représente la possibilité de naître à soi à travers la capacité à laisser exprimer et sortir ses connaissances. Connaissance (intérieure) qui émerge à l’aide de l’interrogation guidée par une personne qui nous fait accoucher de nous m’aime.

La maïeutique s'appuie sur une théorie de la réminiscence (l'éveil par l'âme des possibilités latentes qu'elle porte en elle-même) qui affirme faire ressurgir des vies antérieures les connaissances oubliées. (cf : Son invention remonte au IVe siècle av. J.-C. et est attribuée au philosophe Socrate)

Pour la petite histoire, Maïa, dans la mythologie grecque, est la fille ainée des Pléiades. C’est elle qui veillait aux accouchements et cela a fait d’elle une déesse de l'accouchement et des sage-femmes. Son nom signifie littéralement « petite mère », donné traditionnellement à la grand-mère, la nourrice ou la sage-femme.

Depuis, maintenant, plus de 10 ans j’accompagne en individuel ou en groupe des enfants, des adolescents et des adultes. Mes pratiques professionnelles évoluent avec moi, avec celle que je suis, ce que je vis, j’expérimente. Je me laisse traverser par ce que la vie m’offre au moment où cela est juste pour mon évolution.

Au fil du temps est apparu le fait que ma façon d’accompagner apportait la possibilité à chacun de naître à soi et de laisser émerger les parts de soi qui avaient besoin d’être libérées, guéries et accompagnées. Donnant ainsi la possibilité d’accéder à son Être profond. De n’Être à soi.

Certaines personnes de mon entourage ou que j’ai pu accompagner m’ont définie, doucement, comme étant une accoucheuse d’âme, une sage f’âme. Sans pour autant me mettre une étiquette j’ai ressenti, qu’effectivement, cela me correspondait vraiment.

Alors, tout naturellement, lorsque j’ai choisi de n’Être à moi m’aime, le besoin est venu de me redéfinir et de m’installer dans un espace qui me correspond bien : L’écrin de Maïa.

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site est parrainé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion